Maya Isacowitz, pionnière du self-development version acoustique

MAYA ISACOWITZ
Sa discographie
3 album / 1 EP / 39 titres

Salut Maya, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Salut, je m’appelle Maya Isacowitz. Je suis auteure-compositrice-interprète et en ce moment, je vis à Rosh Pinah en Israël.

Quel était ton premier concert en tant que spectatrice ?

Quand j’avais environ 15 ou 16 ans, j’étais allée voir le spectacle d’une artiste israélienne qui s’appelle Ronit Shachar que j’aimais beaucoup. J’écoutais son album Goodbye Innocence en boucle et elle m’a beaucoup inspirée, au niveau de l’écriture notamment. C’était un solo acoustique et je me souviens d’avoir été complètement émerveillée à ce moment-là. En voyant un spectacle en direct pour la première fois, son incroyable jeu de guitare, son interaction avec le public, je me sentais si proche d’elle et j’avais l’impression qu’elle s’adressait directement à moi.

Qui écoutais-tu quand tu étais plus jeune et qui écoutes-tu maintenant ?

Alanis Morissette est probablement celle qui m’a le plus touché. Ses paroles et sa voix percutantes, avec son honnêteté, sa rugosité et sa vulnérabilité. Il y a aussi Jewel (avec ses premiers albums), Eddie Vedder et Chris Cornell. Aujourd’hui, j’écoute tous les styles musicaux, mais je me tourne presque toujours vers Ben Howard (I Forgot Where We Were), Fink (Distance And Time), Lianne La Havas (Is Your Love Big Enough), Angus and Julia Stone (nombreux de leurs albums).

Quels sont les thèmes qui reviennent dans tes musiques ? Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Mon premier album tournait principalement autour d’une relation amoureuse et d’une rupture. Cœurs brisés, amour, malentendus et tentatives de résolution… Pour mes autres albums, j’ai l’impression qu’il y a un fil conducteur qui les relie tous autour de la recherche de soi. Essayer de comprendre et de trouver les réponses à mes plus gros combats avec moi-même et ce voyage fou d’être un être humain dans ce monde. Douleur profonde, insécurité, doute à propos de soi, colère, objectif, croyances. Bien sûr, l’amour et les relations font partie de ça aussi.

Quel était ton premier concert en tant que chanteuse ? Comment te sentais-tu ?

C’était plus une petite scène qu’un concert. C’était dans un bar, près de là où je vivais, un spectacle acoustique, juste moi et mon cousin qui était mon guitariste à cette période. J’étais tendue et impatiente. J’avais tellement peur de chanter mes propres chansons (je pensais que ça allait ennuyer et déprimer le public) comme la plupart du temps c’était des covers. Pour cette petite scène, j’ai fait seulement quatre de mes musiques, mais je me souviens de m’être sentie tellement contente et enthousiaste après, et ce n’était que le début d’une longue série d’autres spectacles…

Quel est le plus beau souvenir de ta carrière ?

C’est une question très difficile à laquelle je ne suis pas sûre d’avoir la réponse, mais un de mes meilleurs souvenirs, c’est mon premier gros concert qu’on a fait à Tel Aviv pour fêter la sortie de mon premier album. C’était plus d’un an après avoir chanté gratuitement à n’importe quelle occasion qui se présentait à nous, et c’était mon premier concert pour lequel les gens ont acheté un ticket pour me voir. J’étais complètement bluffée. Je me souviens de quand j’étais dans les coulisses avant le concert et que le manager de l’événement était venu nous voir pour nous dire combien de tickets nous avions vendus. J’ai commencé à pleurer, je n’arrivais pas à y croire. On était complet. J’étais plus que reconnaissante. Ce concert était incroyable pour moi.

Parmi tes albums, duquel es-tu la plus fière ?

Je dirais mon deuxième album All Of The Miles. J’ai déménagé à New York pour l’enregistrer ce qui était un pas-de-géant. Travailler avec le producteur de l’album, Jonathan Dagan, et tout le processus d’écriture de l’album, tout en vivant à New York et en trouvant ma place dans un pays et une ville étrangers. Sortir de ma zone de confort et repousser mes limites de toutes les manières possibles.

Des projets pour 2022 ?

Oui ! Je suis en train d’enregistrer mon quatrième album. Cette fois, je suis aussi impliquée dans la production, ce qui est super excitant et tout nouveau pour moi. J’ai aussi un nouveau concert en live et une tournée qui arrivent à grands pas ! 

Interview traduite de l’anglais.

Précédent
TOUS EN CLIPS #3

La petite histoire…

Le Phare Musical est un webzine musical fondé en 2020.

La musique est un vaste océan agité, et de nombreux artistes luttent contre les vagues. 

Conscient que trop nombreux sont ceux qui n’arrivent pas à bon port, Le Phare Musical éclaire ces artistes talentueux et les présente ici, de l’ombre à la lumière. 

Le Phare Musical, c’est une nouvelle lumière, une autre musique, celle qui mérite, peut-être, un disque d’or. 

Le Phare Musical, c’est toute la musique dans l’ombre qui mérite d’être mise en lumière, d’être partagée, et d’être entendue. 

Chacun est le gardien de son propre phare, mais nous avons choisi de l’être pour vous, pour vous éclairer dans cette immensité. Et pour s’adapter à chacun d’entre vous, Le Phare Musical à choisi de ne prendre aucun parti pris musical. Vous et vous seul êtes libres d’écouter ce qu’il vous plait et de vous faire votre propre avis.

Bienvenue à toi, et à tout ceux dont la musique est synonyme de passion, de partage et de découverte. 

Bienvenue dans Le Phare Musical.